Signification génétique de la consanguinité  
 

Dans une population répondant à toutes les hypothèses de la loi de Hardy-Weinberg, il n'y a pas de consanguinité. En effet, les unions se font au hasard et, les effectifs de reproducteurs étant infiniment grands, la probabilité d'union entre deux individus apparentés tend vers zéro. La consanguinité n'apparaît que dans deux cas d'écart à la loi de Hardy-Weinberg :

Ces deux situations doivent être distinguées, car elles n'ont pas les mêmes conséquences sur la constitution génétique d'une population : c'est pourquoi, deux pages différentes traitent de ces deux cas. Une troisième page permet de faire la synthèse entre les deux situations. Si vous êtes peu familier avec ces notions, nous vous recommandons de suivre l'itinéraire suivant dans l'ordre de la numérotation proposée.
 

1.Unions préférentielles entre apparentés

2.Populations de taille limitée

3.Synthèse entre les deux situations

 
 

Retour au sommaire "parenté-consanguinité"

Conclusion sur la parenté et la consanguinité


© INA P-G, Département des Sciences Animales, GER Génétique, Elevage et Reproduction  
Gestion des pages - Remarques & suggestions : rognon@inapg.inra.fr
Dernière mise à jour : Novembre 1999