English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

Le Vivant, notre vocation

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Races animales et territoires

Objectifs

Les races animales sont des constructions sociales, autant sinon plus que des entités biologiques. Elles sont défi nies en tant que telles et gérées par des éleveurs qui décident de l’orientation de leur sélection au sein d’une organisation collective. Leur aire d’élevage va de territoires très délimités – on parle alors de races locales – jusqu’à une extension nationale, voire mondiale. Dans un contexte de forte spécialisation des bassins de production et des filières, la valorisation économique des races locales passe le plus souvent par le développement de débouchés originaux, avec ou sans signe officiel de qualité et d’origine. En quoi, alors, ces démarches peuvent-elles conduire à une modification de la gestion de ces races ? Et dans quelle mesure l’inscription territoriale des races, et son évolution dans le temps, participent-elles à la redéfinition des identités professionnelles et des identités collectives concernées ?

Méthodologie

Les deux questions ci-dessus ont été traitées dans le cadre de deux projets financés par l’ANR, d’une thèse de doctorat et d’un stage de master. Par essence interdisciplinaires, les travaux de recherche ont associé des généticiens (UFR Génétique, élevage et reproduction d’AgroParisTech, département Génétique de l’Institut de l’élevage), des zootechniciens des systèmes d’élevage (département Sciences pour l’action et le développement de l’Inra) et des sociologues (notamment de l’UFR Sociologies d’AgroParisTech). Ces travaux ont été structurés autour de thèmes faisant l’objet d’investigations d’ampleur variée sur des études de cas : (i) vue d’ensemble au travers d’un grand nombre de cas avec peu d’informations, faciles à obtenir, (ii) analyse détaillée d’un plus faible nombre de cas, illustratifs de la diversité des situations, et (iii) analyse approfondie, avec une forte présence sur le terrain, d’un très petit nombre de cas considérés comme particulièrement « riches ». Les analyses détaillées impliquaient, entre autres, des entretiens avec les principaux acteurs locaux. Les analyses approfondies impliquaient des entretiens avec un grand nombre d’acteurs, des enquêtes en élevage et des analyses zootechniques.

Résultats

La combinaison d’enquêtes auprès d’éleveurs et d’analyse des résultats nationaux d’évaluation génétique des reproducteurs a permis de distinguer deux stratégies nettement différentes de gestion de races bovines laitières locales dans un contexte montagnard (Alpes du Nord) et dans le cadre de filières fromagères sous Appellation d’origine protégée (AOP). D’un côté, la race Abondance étant utilisée dans une gamme relativement variée de milieux (depuis la plaine jusqu’à la haute-montagne) et pour une gamme variée de filières, ses éleveurs affichent leurs stratégies de gestion des contraintes à la fois par le choix des taureaux d’insémination et par les pratiques d’alimentation. De l’autre côté, la race Tarentaise étant très majoritairement élevée en montagne et haute-montagne et pour une seule filière AOP (le Beaufort), ses éleveurs considèrent que leur race est en elle-même adaptée à ce système et n’éprouvent pas le besoin de différencier leur choix de taureaux selon leur localisation. Cette seconde race locale se révèle ainsi très spécialisée ce qui, de fait, constitue un frein à son développement.

Dans un contexte insulaire, nous avons analysé le parallélisme entre le développement du projet de l’AOP Charcuteries de Corse, l’évolution de l’organisation des éleveurs de porcs de la race locale Nustrale, associée à cette AOP, et l’évolution des systèmes d’élevage sous l’effet du cahier des charges. Nous avons notamment montré que l’activation d’une ressource génétique locale comme facteur d’ancrage territorial est un processus complexe générateur de tensions entre acteurs, et représente à la fois des opportunités et des interrogations, sinon des dangers, pour la ressource elle-même.

L’expérience des recherches interdisciplinaires sur ces questions, sur une gamme variée de terrains, nous a permis de publier un article de prise de position sur le thème Pas de développement, pas de conservation, en nous appuyant sur le cas de la préservation des ressources génétiques animales et en ouvrant la discussion pour une audience essentiellement concernée par la préservation de la biodiversité. Ces travaux ont également été l’occasion d’une réflexion au sujet de l’évolution du concept de race animale, en lien avec les évolutions du secteur de l’élevage et de la société.


Article de référence
Lauvie A., Couix N., Verrier E., 2014, No development, no conservation : lessons from the conservation of farm animal genetic resources, Society and Natural Resources.

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2017 © AgroParisTech - Mentions légales