English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

Le Vivant, notre vocation

logo de la diapo La grande école européenne d'ingénieurs dans le domaine du vivant et de l'environnement

La grande école européenne d’ingénieurs dans le domaine du vivant et de l’environnement 2010-2013 : NOUVELLE OFFRE DE FORMATION

logo de la diapo Pour relever les grands défis du XXIe siècle

Pour relever les grands défis du XXIe siècle développement durable, alimentation des hommes, gestion des ressources naturelles, gestion et préservation de l’environnement

logo de la diapo AgroParisTech

AgroParisTech propose une large palette de formations dans les champs du vivant, de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, formant les ...    lire la suite »

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Glossaire : Lettre L

LARDER
Garnir (une pièce de viande) de morceaux de lard longs et minces enfoncés dans toute l’épaisseur.

LARDONNER :
Tailler des gras, des viandes ou autres préparations en petits cubes plus ou moins gros, au couteau ou à la machine.

LARMES : colonnes de vin qui se forment spontanément au-dessus du vin, dans un verre, quand le vin a des contenus particuliers en composés tels l’éthanol et le glycérol. Le liquide monte spontanément au-dessus du niveau libre, puis redescend en colonnes qui se forment spontanément. A ne pas confondre avec les jambes, qui se forment quand on incline d’abord le verre.

LÈCHES :
Désigne la façon de couper le maigre utilisé dans les galantines, les ballotines, les terrines, les tourtes ou les pâtés. On peut comparer la forme de la lèche à celle d’une frite.

LEVAIN :
Une pâte à pain fermentée qui ne comporte pas de levures domestiques. Elle est généralement prélevée sur la fournée de pain précéddente.

LEVURE :
Matière faite de micro-organismes de la classe des levures.
Ces micro-organismes sont vivants, contrairement aux "poudres levantes", qui sont des mélanges de composés minéraux.

Levures et poudres levantes,
par H. This, vo Kientza

La confusion est fréquente, entre levures et poudres levantes… et il faut dire que cette confusion a été produite par des fabricants, qui ont utilisé l’expression très fautive et trompeuse de « levure chimique ».
De quoi s’agit-il ?
La levure, tout d’abord, est connue depuis de nombreux siècles. Par exemple, dès 1419, on nomme leveure une « substance qui provoque la fermentation ». Jadis, on utilisait des mélanges d’herbes pour provoquer la fermentation de la bière, tout comme on utilise encore parfois aujourd’hui des mélanges de fruits secs ou des quartiers de pomme pour faire démarrer un levain.
Puis arriva Louis Pasteur, qui montra que ce ne sont ni les herbes, ni les fruits, ni l’opération du Saint Esprit qui provoquent les fermentations, mais bien plutôt des organismes vivants, présents tout autour de nous. Quand un fruit ou un légume dans un saladier se couvre de moisissures, c’est qu’un tel « micro-organisme » a été apporté par l’air. Ils sont partout, et leur nature, leurs espèces dépendent notamment de la température, de l’humidité, du soleil, du sol… D’où des vins particuliers selon les régions, d’où des fromages particuliers selon les régions, d’où des vinaigres, des salaisons particulières selon les régions… Par exemple, pour les bières lambics, qui sont ensemencées naturellement, on porte le brassain en haut des brasseries et l’on expose aux micro-organismes environnants : il a été montré que, de part et d’autre d’une colline, en Belgique, des bières différentes sont obtenues à partir des mêmes ingrédients. C’est cela, notamment, le terroir.
Quand Pasteur découvrit ainsi les micro-organismes, il permit aussi la domestication des « levures », des espèces particulières de micro-organismes. D’où une maîtrise des fermentations… qui s’assortit d’un changement de goût : pour du pain, il y a la même différence entre un pain levuré avec un levure domestique et un pain au levain, avec des levures sauvages, qu’entre un champignon de Paris et un champignon sauvage. Mais il est bon de savoir que des sociétés vendent aujourd’hui des micro-organismes de mille types différents, pour des goûts bien difféents.
Bref, les levures sont des micro-organismes, vivants : réduits à une « cellule » (comme un petit sac fermé), qui vit, parce qu’elle contient tout ce qu’il faut pour son développement et sa reproduction. Dès que les circonstances le permettent, c’est-à-dire en présence d’eau et de nutriments, à une température douce, une cellule unique de levure en engendre deux, qui chacune se divisent, et ainsi de suite de façon explosive. Comme, en plus, les levures « respirent », elles dégagent du dioxyde de carbone, qui fait gonfler les pains et pâtisseries, dont nos merveilleux kouglofs.
Les poudres levantes ? Rien à voir ! Cette fois, c’est de la chimie toute simple, comme quand on met du vinaigre blanc sur la carapace de crevettes : on voit apparaître des bulles, parce que l’acide acétique du vinaigre réagit avec le carbonate de calcium de la carapace, ce qui engendre le même dioxyde de carbone que précédemment. En perfectionnant un peu les réactifs, des fabricants ont appris à confectionner des mélanges de poudre qui, stables à sec, se mettent à réagir dans les appareils à gâteaux que l’on cuit, quand il y a à la fois de l’eau (souvent apportée par l’oeuf) et de la chaleur (de la cuisson). Ainsi les cakes, les muffins, les gâteaux…

Pourquoi bien distinguer les deux produits ? Parce que les dégagements gazeux ne sont absolument pas les mêmes, en termes de rapidité, et n’interviennent pas au même moment des recettes, ce qui conduit à des alvéolations bien différentes. De surcroît, la fermentation par les levures ne se réduit pas à un simple gonflement de la préparation : elle engendre aussi nombre de composés odorants ou sapides, qui contribuent au goût des préparations fermentées. Et le goût, c’est essentiel, non ?
C’est donc trompeur de parler de « levures chimiques » : les poudres levantes ne reproduisent qu’une des fonctions des levures.

LIAISON
Opération qui consiste à augmenter la viscosité d’un liquide, afin d’en faire une sauce. Se dit aussi pour les potages. On utilise classiquement de l’amidon (farine, pain, beurre manié...), des protéines (sang, oeuf), de la matière grasse (pour produire des émulsions), des polymères (protéines non coagulantes, polysaccharides...).

LIEBIG (cuisine moléculaire, cuisine note à note) :
Emulsion gélifiée physiquement.
On obtient un liebig, par exemple, en ajoutant de l’huile à une solution aqueuse de gélatine, puis en laissant reposer l’émulsion afin d’obtenir la gélification.
A noter que les liebigs s’apparentent -sans se confondre avec elles- aux "mayonnaises collées", décrites, par exemple, par Urbain Dubois : "Mais on peut préparer aussi de la mayonnaise collée en fouettant de la gelée sur glace, en lui incorporant en même temps huile et vinaigre, absolument comme une mayonnaise aux oeufs" [La cuisine classique, 1856]

LIMONER
Passer un poisson dans l’eau bouillante pour enlever le limon dont il est imprégné.
En charcuterie, faire dégorger des cervelles sous un filet d’eau afin d’éliminer plus facilement les membranes sanguinolentes.

LIPIDES
Nom donné à des composés d’origine biologique et solubles dans les solvants apolaires. La catégorie des lipides inclut les lipides saponifiables (cela signifie : hydrolyse par une base), tels les glycérides (graisses et huiles) et les phospholipides (notamment dans les membranes des cellules et dans les jaunes d’oeufs), ainsi que des lipides non saponifiables, tels les stéroïdes (principalement).
Source : PAC, 1995, 67, 1307 (Glossary of class names of organic compounds and reactivity intermediates based on structure (IUPAC Recommendations 1995)), p. 1348.

LIVOURNAISE :
voire "sauce à la livournaise".

LUTER :
Fermer hermétiquement un récipient de cuisson avec un cordon de pâte à repère.

LYOPHILISATION :
Procédé d’élimination de l’eau des aliments, par le vide.

Retour au sommaire : http://www.agroparistech.fr/1-Glossaire-des-metiers-de-bouche-en-chantier-pour-toujours-merci-de-contribuer.html

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2017 © AgroParisTech - Mentions légales

Haut de page