English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

The Living, our vocation

logo de la diapo AgroParisTech, la grande école européenne

AgroParisTech, la grande école européenne qui forme des ingénieurs et des managers dans le domaine du vivant et de l’environnement

logo de la diapo AgroParisTech

AgroParisTech 1 cursus ingénieur, 1 offre masters, 1 formation doctorale, 1 gamme de formation professionnelle continue

logo de la diapo AgroParisTech répond aux grands enjeux du 21e siècle

AgroParisTech répond aux grands enjeux du 21e siècle Nourrir les hommes en gérant durablement les territoires, préserver les ressources naturelles, favoriser les innovations

logo de la diapo AgroParisTech

AgroParisTech 8 campus, 5 départements de formation et de recherche, 24 unités mixtes de recherche, 1 ferme expérimentale, 1 halle techtnologique, 2000 ...    lire la suite »

Share this page imprimante Facebook Twitter

Et si l’on considérait que la vulgarisation s’arrête à la connaissance, et l’enseignement à la compétence ?

Le blog de Hervé This : http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html->http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html]

Dans un autre billet, je mettais la limite entre vulgarisation scientifique et technologique, d’une part, et enseignement scientifique et technologique, d’autre part, à l’utilisation du calcul.
A la vulgarisation, le discours explicatif, de l’extérieur de l’objet, si l’on peut dire ; à l’enseignement le maniement d’équations, de l’intérieur.
Ici, je propose une ligne de démarcation qui semble différente, mais qui ne l’est pas, en réalité : la vulgarisation viserait à transmettre des connaissances, mais l’enseignement veut transmettre des compétences.

Dans les deux cas, vulgarisation et "enseignement", n’y a-t-il pas les questions suivantes, dans le désordre :
> - pourquoi veut-on apprendre ?
> - que veut-on apprendre ?
> - comment apprendre ?
> - surtout, qu’est-ce qu’apprendre ?

Selon le bon dictionnaire qu’est le Trésor de la langue française informatisé (gratuit, en ligne, fait par le CNRS), le mot "apprendre" signifie seulement étudier, acquérir une connaissance, de sorte que ma distinction entre vulgarisation/connaissances et enseignement/compétences est sans doute abusive, mais à quoi bon passer du temps pour avoir une connaissance qui s’évaporera aussitôt obtenue ? Et puis, tant qu’à faire, pourquoi ne pas aller jusqu’au point où la connaissance devient opérationnelle, où elle devient une compétence ?

Reprenons, en répondant aux questions précédentes, pour la vulgarisation, d’une part, et pour l’apprentissage des étudiants, d’autre part.

La question de la vulgarisation

Pour la vulgarisation, il y a la volonté de mieux comprendre le monde, mais "en plus", si l’on peut dire. Pour beaucoup, il s’agit d’un délassement, un peu passif, à la façon du Dr Watson qui observe Sherlock Holmes. Il s’agit donc de s’émerveiller, sans prétendre avoir les compétences de produire de la connaissance scientifique (parce que cela prend du temps, et que nos amis qui ont des professions prenantes n’ont pas le temps de se consacrer à la recherche scientifique).
Que veut-on alors apprendre ? A chacun ses goûts, ses envies, puisqu’il s’agit de "loisirs". Comment apprendre ? Le plus simplement possible. Qu’est-ce qu’apprendre, alors ? Obtenir la connaissances des découvertes récentes.

Apprendre en vue d’exercer un métier

Pour l’apprentissage des étudiants (je ne me résous pas à nommer cela de l’enseignement, depuis que j’ai compris que la question est moins d’enseigner que d’apprendre), il y a deux points de vue à réconcilier : celui de la diffusion de connaissances produites, et celui de la formation professionnelle.
Dans le temps, l’université n’était pas faite pour donner un métier, et les professeurs faisaient en réalité oeuvre de vulgarisation. Sont apparues les écoles d’ingénieurs, qui ont formé les ingénieurs ; sont apparus les instituts de technologie, pour former ingénieurs et techniciens. Et, dans le même mouvement, l’université s’est mise à donner de la formation professionnelle, pour ceux qui voulaient se donner le temps de choisir, ou qui ne voulaient pas passer des concours, ou pour diverses autres raisons : il y a eu les BTS, les licences professionnelles, etc.
Mais ne nous laissons pas égarer sur la voie de la description des formations et restons à nos questions. Pour la formation professionnelle, l’objectif est de contribuer à la formation des professionnels, c’est-à-dire des personnes qui savent exercer un métier, et qui n’ont pas seulement des connaissances, mais des compétences !
Cette analyse devrait éclairer les étudiants sur les objectifs qu’ils doivent se fixer : qu’importe qu’ils sachent ce qu’est une équation ; il faut surtout qu’ils sachent la résoudre, qu’ils sachent utiliser les techniques (éventuellement des programmes et des ordinateurs) de résolution. Idem pour les notions de physico-chimie : c’est évidemment très bien de savoir ce qu’est la force de Laplace, ou la viscosité, ou l’énergie libre... mais l’objectif n’est pas là ; les étudiants doivent savoir utiliser ces notions.
D’où la nécessité d’exercices et de problèmes, qui sont des moyens de tester des compétences. Les "questions de cours" n’ont pas d’intérêt, dans cette perspective. Il s’agit de mettre en oeuvre les connaissances !
Et comme, en science et en technologie, les notions sont toujours quantitatives, c’est bien le calcul que les étudiants doivent maîtriser !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Map

Connect
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Related Links
Open space
News
Presse
Download
Address & Location
Contacts


Site Map
A-Z Index

Follow Us
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Follow site activity


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2017 © AgroParisTech - Disclaimer