English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

Le Vivant, notre vocation

logo de la diapo La grande école européenne d'ingénieurs dans le domaine du vivant et de l'environnement

La grande école européenne d’ingénieurs dans le domaine du vivant et de l’environnement 2010-2013 : NOUVELLE OFFRE DE FORMATION

logo de la diapo Pour relever les grands défis du XXIe siècle

Pour relever les grands défis du XXIe siècle développement durable, alimentation des hommes, gestion des ressources naturelles, gestion et préservation de l’environnement

logo de la diapo AgroParisTech

AgroParisTech propose une large palette de formations dans les champs du vivant, de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, formant les ...    lire la suite »

Partager cette page imprimante Facebook Twitter

Dans la famille « les bonnes pratiques en sciences » je voudrais « les ajustements ».

Le blog de Hervé This : http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html->http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html]

Supposons que l’on ait obtenu une série de résultats de mesure. Il arrive fréquemment, en sciences de la nature, que l’on cherche à voir comment cette série varie.
Un exemple ? On cherche à connaître la quantité d’eau dans une viande : on met la viande dans une étuve, et l’on pèse à différents temps bien choisis, après l’introduction initiale dans l’étuve, en vue de voir quand la masse ne bouge plus. Ou bien, on mesure le diamètre d’un grand accélérateur de particules, et l’on voit une variation périodique, due aux marées terrestres, ce qui peut conduire à des modifications des collisions de particules. Bref, il est quasi permanent, en sciences de la nature de faire des séries de mesures et de chercher comment les résultats varient.
Ce que l’on obtient, ce sont des valeurs, des résultats de mesure, et l’on est habilité à présenter ces valeurs sur un graphique où le numéro ordre, par exemple, est indiqué en abscisses, et les valeurs mesurées en ordonnées. Par exemple, on pourra graduer les abscisses en secondes, et afficher les masses de viande en cours de séchage.
Comme on se souvient qu’un résultat de mesure ne vaut rien sans une estimation de l’incertitude avec laquelle le résultat est connu, on sera donc habilité -je devrais même dire que l’on aura l’obligation- d’assortir chaque point correspondant à une mesure d’une petite croix : la barre verticale de cette croix aura la taille de l’incertitude de mesure, et la barre latérale montrera l’incertitude sur le temps auquel la mesure a été faite, par exemple. L’expérience ne nous donne que cela, et il serait donc, en quelque sorte, malhonnête d’afficher plus que cela.
Parfois, les points de mesure, avec les croix évoquées, sont petits, et pas visibles, de sorte que l’on voudrait les faire apparaître mieux. C’est louable : on se préoccupe du confort visuel de nos interlocuteurs. Comment faire ? Il y a de nombreuses façons, mais l’une d’entre elles consiste à relier les points par des segments de droite : il est convenu que ces segments ne soient pas des résultats de mesure, mais seulement des façons de mieux faire apparaître les points.

D’autre part, quand on n’en est plus à l’affichage des résultats de mesure, mais à leur interprétation, on peut chercher à savoir si les résultats des mesures suivent des lois particulières : les masses de viande diminuent-elles régulièrement ? linéairement ? exponentiellement ?
C’est là une autre question, qui mérite un autre affichage, et une autre étude. Pourquoi, par exemple, se demander si les variations sont linéaires ? Il faut pour cela avoir une raison de poser la question, car il y a un nombre infini de décroissances possibles, de sorte qu’il serait parfaitement arbitraire de tester une linéarité. Bien sûr on pourrait dire qu’une décroissance linéaire est la "plus simple possible", mais "simple" est un adjectif, dont l’usage est donc interdit dans un laboratoire de bon aloi : tout adjectif, tout adverbe doit être remplacé par la réponse à la question "combien ?".
Autrement dit, on comprend qu’il y a là tout un chapitre scientifique à ouvrir avant d’afficher une courbe qui passera plus ou moins bien par les points expérimentaux. Inversement, ce serait une immense naïveté, et une faute, que d’afficher la seule courbe que l’on connaisse, à savoir une droite, ou une exponentielle décroissante, par exemple. Le « modèle », c’est-à-dire l’équation retenue pour l’ajustement, doit être physique, ou chimique, ou biologique, c’est-à-dire fondé sur les phénomènes explicitement déterminés, et, en tout cas, c’est une faute de débutant que d’"ajuster" des points avec une courbe qui n’a pas de justification théorique. C’est inutile, tout d’abord, mais aussi nuisible, car cela nous conduit sur une voie qui est illégitime : nous sommes tentés de penser que cette variation particulière a une validité, un socle, et nous sommes tentés d’utiliser la courbe d’ajustement pour prévoir des résultats de mesure qui n’ont pas été faites. Ou bien, si la courbe retenue ne passe pas par un des points de mesure, nous risquons de penser que ce point correspond à une valeur anormale... alors que c’est la courbe qui n’a pas de raison d’être.
Bref, nous utiliserions à des fins de prévision des lois qui sont littéralement "insensées". Et l’on comprend que cela n’est pas souhaitable, formulation qui est évidemment une litote !

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Localiser sur une carte

Se connecter
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Liens divers
Espace grand public
Actualités
Relations presse
Téléchargements
Adresses & plan d'accès
Contacts

Se repérer sur le site internet
Plan du site internet
Index des pages

Retrouvez nous sur
facebook ico twitter ico daylimotion ico Suivre la vie du site


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2017 © AgroParisTech - Mentions légales

Haut de page