English Flag Deutsche Fahne Bandera española Bandeira brasileira Chinese flag

AgroParisTech

The Living, our vocation

logo de la diapo AgroParisTech, la grande école européenne

AgroParisTech, la grande école européenne qui forme des ingénieurs et des managers dans le domaine du vivant et de l’environnement

logo de la diapo AgroParisTech

AgroParisTech 1 cursus ingénieur, 1 offre masters, 1 formation doctorale, 1 gamme de formation professionnelle continue

logo de la diapo AgroParisTech répond aux grands enjeux du 21e siècle

AgroParisTech répond aux grands enjeux du 21e siècle Nourrir les hommes en gérant durablement les territoires, préserver les ressources naturelles, favoriser les innovations

logo de la diapo AgroParisTech

AgroParisTech 8 campus, 5 départements de formation et de recherche, 24 unités mixtes de recherche, 1 ferme expérimentale, 1 halle techtnologique, 2000 ...    lire la suite »

Share this page imprimante Facebook Twitter

Comment faire une thèse ?

Le blog de Hervé This : http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html->http://www.agroparistech.fr/1-A-propos-de-ce-blog.html]

Ce matin, je reçois un e-mail d’une ancienne étudiante du groupe, qui me dit s’apprêter à commencer une thèse. Je la félicite... et lui demande aussitôt si elle s’est demandée comment faire une thèse, puisque c’est là la méthode que je propose : pour chaque acte que nous faisons, ne devons-nous pas "retenir nos mains", qui ne savent pas faire si elles ne sont pas guidées par notre tête, et chercher une stratégie, une méthode, tant il est vrai que pour aller d’un point à un autre, il faut avoir choisi le chemin que l’on va emprunter avant de parcourir celui-ci ?

Dans notre groupe de recherche, nous avons, en conséquence, une série de documents intitulés « Comment faire » : "Comment peser", "Comment mesurer une température", "Comment utiliser un appareil de résonance magnétique nucléaire", "Comment décomposer un groupe de signaux dans un spectre", etc. Ces « Comment faire » ne se rapportent pas seulement à des gestes techniques, mais aussi à des comportements : "Comment présenter un poster dans un congrès", "Comment se comporter dans un laboratoire", etc.
Ici, la question est : "Comment faire une thèse ?"... et nous avons évidemment un document qui propose des réponses.

L’objectif est clair : notre jeune amie va passer trois ans dans un laboratoire pour faire un travail. Et il faut donc qu’elle sache comment le faire. Je pourrais bien sûr lui donner immédiatement notre document, mais n’est-il pas plus formateur de lui poser la question : Comment faire une thèse ? N’est-il pas mieux qu’elle réfléchisse, par elle-même, avant de proposer sa réponse, qui pourra ensuite être confrontée à celle que nous avons trouvée ?
> Évidemment, mes billets précédents ont largement expliqué que, pour répondre à cette question comme à toutes les autres, il aura fallu définir l’objectif, c’est-à-dire avoir bien compris ce qu’est une thèse, car c’est seulement en connaissance de l’objectif que l’on pourra déterminer le chemin qui y mène... mais je crois que je dois la laisser réfléchir, sans quoi je risque de lui voler le bonheur de trouver la réponse à la question qu’elle se (me) pose, et cela n’est pas bon.
Bref, il faut que j’évite de répondre à la question à sa place, et que je me limite à donner quelques indications.

Des indications utiles

Tout d’abord, il faut bien expliquer que, selon la loi, selon les règles internationales, dans le cadre d’accords interuniversitaires, les doctorants ne sont plus des étudiants. C’est la loi, et toute équipe qui n’appliquerait pas la loi serait hors la loi, donc passible de poursuites.
Cette première observation s’assortit de conséquences, et la première est que, l’étudiant étant un jeune chercheur, il a les droits et les devoirs des chercheurs, même si, pour des raisons matérielles, on leur octroie une carte d’étudiant. Droits : lesquels ? Devoirs : lesquels ? Tout cela est bien détaillé sur les sites du ministère de la recherche ou des écoles doctorales, par exemple.

D’autre part, les réseaux sociaux et divers forums sont l’occasion de voir des doctorants se plaindre des conditions terribles dans lesquelles ils font leur thèse. J’ai même vu un livre sur ce sujet, dans une librairie. Il est de bon ton, pour ces doctorants, de dire que les "encadrants" (responsable d’équipe, directeur de thèse, etc.) ont des comportements désagréables, qu’ils n’ont pas les conditions nécessaires à l’accomplissement de leurs travaux, qu’ils sont stressés par le manque de temps, le salaire insuffisant, et ainsi de suite. J’invite ces doctorants-la à se référer aux règles qui figurent sur le site du ministère de la recherche, lequel a bien encadré l’exercice de préparation du doctorat. Mais je les invite surtout à cesser de se plaindre (une plainte qui n’est pas suivi d’effet, c’est une sorte d’impolitesse) et à prendre activement des décisions immédiates : soit changer d’équipe, si la leur n’est pas aussi estimable qu’ils l’auraient voulu, soit ouvrir une discussion qui conduira à suivre les règles nationales, soit arrêter la thèse, soit... ce qu’ils auront décidé en fonction des circonstances particulières où ils se trouvent.
Au fond, ne retrouve-t-on pas là le même comportement que celui des "travailleurs" qui se plaignent des patrons, ou des étudiants qui se plaignent des enseignants ? Oui, nous ne sommes pas toujours entourés de personnes absolument merveilleuses, mais n’est-ce pas une forme d’intelligence que de voir le verre plus qu’à moitié plein ? En tout cas, dans notre groupe de recherche, c’est une règle absolue... car je maintiens que l’optimisme s’apprend, que cet apprentissage demande de l’effort, du travail, du travail quotidien … dont on est immensément récompensé.
Et puis, après tout, n’y a-t-il pas mille laboratoires avec des gens merveilleux, où ceux qui sont malheureux pourraient aller ?
Pour terminer sur ce sujet de la "lutte des classes", signalons aussi qu’il y a beaucoup d’équipes très soudées, amicales, où la science et la technologie (puisque le mot "thèse" s’applique maintenant aux deux activités) s’exerce de façon joviale, enthousiasmante !

Autonomie !

Sans voler à ma jeune amie le plaisir de comprendre ce qu’est une thèse, je crois important de dire aux doctorants des sciences de la nature comment se passent les thèses en mathématiques : au tout début du travail, le doctorant rencontre son directeur de thèse, et ils discutent du sujet qui sera exploré ; le directeur fait des propositions, présente des possibilités, signale des questions ouvertes, des pistes qui pourraient être suivies... mais le doctorant n’est pas un étudiant ; c’est un jeune mathématicien, qui part ensuite, pour trois ans, faire ses calculs, sa recherche, et qui revient, au terme de ces trois ans (c’est la loi, actuellement), avec le travail qu’il a fait, et qu’il a mis en forme comme on réunit des fleurs en bouquet.
Bien sûr, en cours de route, le doctorant peut avoir envie de discuter avec son directeur de thèse, comme on discuterait avec un collègue, mais il est parfaitement autonome, et c’est lui qui doit prendre l’initiative des rencontres avec son directeur de thèse.

Cette méthode a son intérêt même en dehors des mathématiques, car un doctorant devient rapidement (ou doit devenir rapidement) l’unique spécialiste mondial d’un sujet, de sorte que le directeur de thèse n’est plus un maître qui disposerait des réponses aux questions que l’on se pose.
"Autonomie" est le mot essentiel pour les thèses, et les doctorants ne sont plus des étudiants en stage ; ils ne sont pas des techniciens téléguidés par les directeurs de thèse... Un doctorant qui se laisserait aller à fonctionner ainsi devrait endosser la responsabilité de cet état de fait... et il ne mériterait pas le titre de docteur.

Un autre point important : je sais d’expérience que certains doctorants ont une sorte de passage à vide à la fin de la première année, cette année qui consiste à faire la recherche bibliographique initiale, à mettre en place les méthodes expérimentales, à tester les conditions d’expérimentation qui seront utilisées, à poser des questions scientifiques (qui seront explorées lors de la deuxième année de thèse, la troisième année étant consacrée à la rédaction des publications et de la thèse).
Pourquoi ce passage à vide et comment l’éviter ? D’abord la question du pourquoi. Parce que le poulain lâché dans le pré a gambadé çà et là, et qu’il a pris du retard ? Autrement dit, parce que le doctorant commençant était resté sur un rythme d’étudiant, sans comprendre que trois ans passent très vite ? Parce que, la recherche bibliographique faite, c’est le moment difficile d’être responsable de son questionnement, et que cela est bien plus difficile que ce que le doctorant a fait jusque alors ? Parce que le doctorant commence à s’apercevoir d’insuffisances scientifiques accumulées au cours de ses études, alors que le maçon est au pied du mur ? Je ne le sais pas, mais il est certain que trois ans passent vite, et que nos jeunes amis ne sont pas toujours assez conscients du temps qui passe, surtout quand ils sont en situation de responsabilité (parce que le directeur de thèse aura joué le véritable jeu de directeur de thèse, et non pas de patron qui fait suivre au doctorant une voie qui est la sienne propre, et n’aura pas laissé le doctorant suivre son propre chemin).

Donnons-nous la possibilité du succès

Raison de plus pour bien poser aux étudiants, avant de commencer une thèse, des questions auxquelles ils devront répondre, des questions telles que celles que j’ai évoquées ici, à savoir comment faire une thèse, par exemple.
Ne devrions-nous pas tenir des réunions préalables entre les différentes parties d’une thèse (le doctorant, l’équipe encadrante, le directeur de thèse, l’école doctorale), avant engagement ? Ne devrions-nous pas poser ces questions, en espérant que certains étudiants décident finalement de ne pas se lancer, à partir du moment où ils auraient connaissance de faits qu’ils ignoraient jusqu’alors ?
Là encore, comme pour l’apprentissage (ce que d’autres nomment enseignement), je crois aux vertus d’un contrat, un contrat très explicite, un contrat discuté point par point, en détail, un contrat dont on se sera assuré que toutes les parties comprennent bien les termes. Je sais qu’il y a des étudiants qui se lancent en thèse, seulement en vue d’avoir une thèse, une sorte de diplôme supplémentaire, parce que cela se fait, parce que les oisillons ont peur de sortir du nid, d’aller dans l’industrie, mais ceux-là n’ont pas assez réfléchi, et je crois qu’ils seront décus, mais il faut leur dire qu’il ne seront pas déçus du systèmes, mais d’eux-mêmes, ce qui est sans doute la pire des choses.

Il faut donc agir très positivement pour éviter les déceptions tardives, et le temps perdu par tous. Il faut que les étudiants apprennent à ne pas se lancer dans une thèse s’il s’aperçoivent que le contrat proposé ne leur convient pas ; il faut que les équipes encadrantes n’acceptent pas en thèse les étudiants qbui n’auraient pas accepté le contrat en parfaite connaissance de cause. Il faut que les équipes de recherche refusent absolument la pression des systèmes universitaires à accueillir beaucoup d’étudiants en thèse, car il n’est pas vrai que tous les étudiants puissent faire de bon doctorants. Il faut rappeler que la thèse n’est pas une sorte de master prolongé, mais, au contraire, une étape essentielle dont tout le monde n’est pas capable, non pas qu’on n’en est pas capable en théorie, car un travail acharné vient à bout de tout, mais dont on n’est pas capable en pratique, parce que tous n’ont pas l’étude comme objectif principal, et que cela se saurait si tous pouvaient faire de la (bonne) recherche scientifique.

Et reste maintenant la question posée à notre jeune amie : qu’est-ce qu’une thèse ?
Cette question s’assortira ensuite de la question : comment faire (bien) une thèse ?

AgroParisTech
16 rue Claude Bernard
F-75231 Paris Cedex 05
Tel: 33 (0) 1 44 08 18 43
Fax: 33 (0) 1 44 08 16 00
Map

Connect
Intranet
Bureau virtuel
Annuaire, listes de diffusion
Cours en ligne AgroParisTech
Eduroam

Related Links
Open space
News
Presse
Download
Address & Location
Contacts


Site Map
A-Z Index

Follow Us
facebook ico twitter ico youtube ico daylimotion ico Follow site activity


Logo Universite Paris Saclay Logo du Ministère de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche Logo de ParisTech Logo de Agreenium


2007-2017 © AgroParisTech - Disclaimer